Décrypter une biographie

[Accueil] [Remonter]

Ou comment lire la rubrique " People " du People's Daily

[le texte est d'origine, les notes sont fournies par le décrypteur]

Chinese Foreign Minister Li Zhaoxing

Li Zhaoxing, born in east China's Shandong Province in October 19401, graduated from Beijing University2 in 1964.

1964-1967 Post graduate student at Beijing Institute of Foreign Languages.

1967-1968 Staff Member of the Chinese People's Institute of Foreign Affairs3

1968-1970 Worked4 in cadres' schools in Lishi, Shanxi Province and Shanggao, Jiangxi Province and then Niutianyang Farm, Shantou, Guangzhou Military Area Command.

1970-1977 Staff Member and Attache of the Chinese Embassy in Kenya5

1977-1983 Third Secretary, Second Secretary and Deputy Division Chief of the Information Department of the Chinese Ministry of Foreign Affairs

1983-1985 First Secretary of the Chinese Embassy in the Kingdom of Lesotho6

1985-1990 Deputy Director General and Director General of the Information Department7of the Chinese Ministry of Foreign Affairs, Spokesman of the Chinese Ministry of Foreign Affairs.

1990-1993, Assistant minister of Foreign Affairs.

1993-1995, Representative of Chinese Mission and ambassador extraordinary and plenipotentiary to UN.

1995-1998, Vice minister of Foreign Affairs.

1998-2001, Served as Chinese ambassador to the United States

2001-2003, Vice minister of Foreign Affairs.

2003 - to present, Minister of Foreign Affairs8

1 D'une famille suffisamment bien introduite pour que sa biographie n'en mentionne pas la ville de résidence ou de passage en pleine deuxième guerre mondiale, ou alors (au choix) en orphelin de la guerre suffisamment chanceux pour être envoyé subséquemment, par un " parrain en révolution ", faire des études à Beida – ce qui ne saurait être retenu à charge ni dans un cas ni dans l'autre, mais la précision manque au tableau.

2 En quelle discipline ? (License d'opportunisme ? Maîtrise en carriérisme ?)

3 Traduction : en 1967, rejoint la bande de gardes rouges manipulés par Kang Sheng à l'intérieur de l'école d'espions intitulée " Institut des affaires étrangères du peuple " (ou, comme on voudra, " Institut du peuple pour les affaires étrangères "), qui vont " prendre d'assaut " le ministère des affaires étrangères en s'attaquant au ministre Chen Yi, lui reprochant, sur instruction de Mao, ses efforts pour maintenir dans la bourrasque des relations cordiales avec des " puissances impérialistes " comme la France. Quatre décennies plus tard, un certain nombre de camarades " d'études " de Li Zhaoxing au parcours équivalent quoique moins flamboyant, émargent toujours à cet " Institut ".

4 Traduction : le démantèlement complet du ministère des affaires étrangères ayant été en fin de compte désapprouvé par la Banque de Chine, s'est retrouvé envoyé dans la poussière d'un camp de vacances de classe moyenne-douce, puis un deuxième, puis a réussi à se glisser dans une fraternité militaire subalterne qui lui a permis de séjourner près de Hong Kong, mais pas assez près pour s'y enfuir.

5 Traduction : par l'effet d'un copinage obscur, parvient à se faire intégrer au réseau des espions chinois à passeport diplomatique en Afrique, la catégorie la plus basse dans la carrière.

6 Traduction : après un passage au Département de l'information du ministère des affaires étrangères où il a pu donner toute la mesure de son immense sens de la flagornerie (dans la catégorie moyenne-supérieure cette fois), semble avoir essuyé un revers de carrière pour aller représenter son pays dans un des Etats les plus artificiels du continent noir et des moins pertinents sur la planète, à moins qu'il en ait profité pour arrondir ses fins de mois et celle de ses employeurs grâce à quelques martingales de casino et autres arrangements fiscalement suspects. La vie sentimentale et financière de Li Zhaoxing à Maseru, ouvrage collectif de l'Académie royale du Lesotho, serait en cours de traduction en chinois.

7 La fusée Li Zhaoxing est lancée.

8 La biographie laisse injustement dans l'ombre Madame-l'épouse-Li (dite Li Furen), qui passe pour avoir éduqué Li Zhaoxing dans l'art de la Trembling Lip (gigotement nerveux de la lèvre inférieure en signe de mécontentement mandarinal) face à un interlocuteur occidental.

remonter