Partiel janvier 2004

  Accueil ] Remonter ]

 

Quelques pistes de réflexion pour répondre à la question posée : "Un pays peut-il se passer d'armée ?"

Faire une autre armée

ü      La nouvelle donne de l'après guerre froide a conduit beaucoup de pays à largement diminuer les budgets accordés aux armées, au nom des dividendes de la paix". Mais cela n'a pas toujours été fait dans l'esprit de garder leur efficacité aux forces qui étaient préservées. Or une armée faible non seulement ne dissuade pas, mais attire les prédateurs.

ü      L'ennemi n'est plus toujours un autre état.

ü      Les nouvelles missions des armées, missions de Petersberg.

ü      De nouveaux concepts : guerre propre, guerre chirurgicale, zéro morts

ü      Est-il possible de créer des forces multinationales ? Peut on même penser à une force mondiale, grand gendarme…?

ü      Une armée noyau, avec des prototypes, du renseignement et des cadres, capable de remonter en puissance en cas de réapparition des menaces.

ü      Distinguer la fonction symbolique de l'armée et sa fonction opérationnelle.

Faire sans armée

ü      Peut on dire qu'un pays sera toujours à l'écart des conflits ?

ü      Que vaut le principe qui consiste à dire que tout conflit peut se résoudre par la négociation ?

ü      Les pays qui ont fait ce choix ont quand même mis en place des forces "garde frontières" ou délèguent leur sécurité, en tout ou en partie, à d'autres puissances.

ü      Aucun pays ne sait faire l'impasse sur la nécessité de confier à quelqu'un le recours à la violence légale.

ü      Les armées, moyen ultime de rétablir l'ordre interne d'un pays

ü      Un pays sans armée parce qu'il n'en veut pas

Un pays sans armée parce qu'il ne le peut pas…..