Les compagnons de route

[Accueil] [Remonter]

Les dignes successeurs de Mao

Michel Jan Le Figaro, le 26 octobre 2006

La découverte permanente de la culture chinoise inspire aux Occidentaux un intérêt passionné. Simultanément, la direction chinoise se mobilise pour maquiller ses méthodes et égarer les " découvreurs ", sans abandonner ses ambitions et tout en continuant à privilégier la sauvegarde du régime. Les dirigeants chinois actuels sont les dignes successeurs de Mao Zedong. Les " compagnons de route " sont désormais des hommes politiques, des hauts fonctionnaires civils et militaires, des dirigeants d'entreprise et autres investisseurs occidentaux, habilement traités pour devenir des relais, conscients ou inconscients, de la propagande officielle. La tradition chinoise (sous ses aspects artistiques ou philosophiques) s'en est trouvée réhabilitée et replacée au service du régime qui récupère la mode et la fascination de l'Occident pour la Chine, sa culture, ses populations aimables et accueillantes.

Mais, fondamentalement, la diplomatie chinoise est d'un opportunisme et d'un cynisme absolus. Elle est une auxiliaire de la politique de sécurité énergétique dans les pays corrompus ou totalitaires d'Asie et d'Afrique. Elle n'a pas fini de faire preuve de réalisme et de souplesse, comme le montrent ses interventions dans la question coréenne.

La Chine joue de sa capacité supposée et revendiquée de devenir une grande puissance. Favorisant une stratégie indirecte, elle évite les mises à l'épreuve pour gagner du temps, protéger ses ambitions et ses prétentions. Le discours y participe autant que l'action.

remonter