L'outil militaire, au coeur de la gestion des crises

[Accueil] [Remonter]
Ce cours n'a pas été actualisé depuis 2004

 Pour faire quoi ?

Au départ, pour gagner des conflits

Conflits prédateurs s'approprier les richesses de l'autre.

Conflits identitaires imposer son identité à celui qui en a une concurrente

Conflits moralisateurs (imposer son système à quelqu'un qui a un système non concurrent)

Quels sont les prétextes donnés et les buts réellement cherchés ?

Le politique commande, théoriquement, au militaire.

Ce n'est pas toujours vrai : lobbying, invention de menaces, liens avec l'industrie…

C'est le politique qui donne les missions, les moyens, une place dans la société. L'espace de liberté des militaires est théoriquement très restreint dans les démocraties. Cependant, ils agrandissent cet espace quand ils peuvent définir eux-même leurs doctrines d'emploi et leur capacités.

Une défense

Défense militaire

Des hommes

Effectifs

Qualité

Recrutement et formation

Officiers/sous-officiers/soldats

Place dans la société

Problèmes de motivation

Professionalisation

Féminisation

Sous traitance

Des matériels

La compétition du boulet et de la cuirasse

Les grands déterminants (chars, tonnage, avions de combat)

Les principaux matériels

Les munitions

Les rechanges et l'entretien

La course à la technologie

Les communications

Le C4ISR

Les ADM

Infrastructures et logistique

Sur le sol national

Déploiements

Projection

Du commandement

Renseignement

Commandement : analyse, ordres élaborés puis transmis

Les doctrines et les concepts

La maîtrise des concepts et des doctrines permet d'orienter la politique.

Livres blancs, concepts et doctrines

La doctrine guide l'emploi des forces dans toutes les opérations extérieures et intérieures

La doctrine détermine l'organisation du commandement et des régiments

La doctrine est le cœur de l'enseignement militaire-instruction

La doctrine contribue à la préparation  de l'avenir par le truchement des expérimentations tactiques, techniques (équipements) et des simulations informatiques, notamment par des outils d'aide à la planification et à la décision. [1]

L'entraînement

Le coût de l'entraînement, le prix du réalisme

Le budget

La défense non militaire

Protection civile

Sécurité des personnes et des biens

Lutte contre la grande criminalité

Intelligence économique

Les missions de la Guerre froide

La doctrine française :

En Europe : reculer jusqu'au seuil de première frappe d'avertissement, puis frappe stratégique. Refus du combat nucléaire.

Hors d'Europe, être présent et faire respecter les intérêts nationaux. Tenir nos engagements.

Implications :

Combats de blindés

La défaite inévitable

Surestimation de la puissance soviétique pour justifier une dissuasion classique et nucléaire très coûteuse.

La fin de la Guerre froide

Accepter la fin de la Guerre froide et ses conséquences

Projection

Les dividendes de la paix et l'effondrement des budgets

La fin des gros bataillons

La Révolution dans les affaires militaires

 

La gestion des crises depuis 1945

Ce que sait faire le militaire

Casser

Conquérir

Occuper

Rétablir la paix

Imposer la paix

Dissuader. Pour dissuader, il faut être puissant, prêt et volontaire.

Ce qui n'est pas vraiment de son ressort

Maintenir la paix

Protection civile

Intervention en cas de catastrophe

Les missions de l'outil militaire

Les missions de Petersberg

LA déclaration de Petersberg, du 19 juin 1992, constitue un élément central dans la volonté de développer l'Union de l'Europe occidentale (UEO) en tant que composante de défense de l'UE, et comme moyen de renforcer le pilier européen de l'Alliance atlantique (OTAN). Les trois parties de cette déclaration définissent les lignes directrices du développement futur de l'UEO.

Les Etats membres de l'UEO s'y déclarent prêts à mettre à la disposition de l'UEO des unités militaires provenant de tout l'éventail de leurs forces conventionnelles en vue de missions militaires qui seraient menées sous l'autorité de l'UEO. Les différents types de missions militaires pouvant incomber à l'UEO ont été définis : outre une contribution à la défense commune dans le cadre de l'application de l'article 5 du traité de Washington et de l'article V du traité de Bruxelles modifié, les unités militaires des Etats membres de l'UEO pourraient être utilisées pour :

·        des missions humanitaires ou d'évacuation des ressortissants ;

·        des missions de maintien de la paix ;

·        des missions de force de combats pour la gestion des crises, y compris des opérations de rétablissement de la paix.

Ces missions dites de "Petersberg" seront expressément incluses dans un nouvel article 17 du traité UE.

La déclaration de Petersberg indique également que l'UEO est prête à soutenir, au cas par cas et conformément à ses propres procédures, la mise en oeuvre efficace des mesures de prévention des conflits et de gestion de crises, notamment les activités de maintien de la paix de la CSCE (devenue depuis OSCE) ou du Conseil de sécurité des Nations unies.

Les conflits

La théorie des vingt conflits

L'ONU Chapitre VI et Chapitre VII

Les conventions de Genève

Les différents types de conflits et leurs causes

Yalta, le poids du marxisme, la conférence de Bandoung, la théorie des dominos

Les guerres classiques (Corée)

Les guerres de décolonisation (Inde, Indochine/Vietnam, Algérie, Angola)

Les guerres de colonisation/oppression/occupation, lutte contre les guérillas :  contre des pays rebelles à un régime dictatorial imposé par une puissance étrangère : Europe de l'Est, Afghanistan, Tibet

La lutte contre les ADM : Osirak, Irak 2

Les opérations de sauvetage. Entebbe, Kolwezi, RESEVAC.

La dissuasion du fort au faible ou du fort au fou, pour éviter un conflit. URSS et Jeux de Séoul, crise des missiles Taiwan de 1996,

Le poids économique dans les conflits :

·        Les observateurs au Liban, les pays spécialistes des OMP

·        L'appropriation de ressources

·        Les embargos

·        L'aide mesurée

·        La reconstruction

La manipulation, soutien ou mise en place de régimes fantoches Afrique, Haïti, Panama, Cambodge

La lutte contre le très grand banditisme : l'exemple de Key west

Quelques problèmes rencontrés :

A quel moment les militaires venus rétablir la paix doivent il laisser la place ? Leur présence ne risque t'elle pas d'être une provocation ? La démonstration de force : chiffon rouge ou facteur d'apaisement ? Les dirigeants du pays où a eu lieu l'opération ne sont ils pas manipulés par les troupes déployées ? ou manipulateurs ?

Jusqu'où peut on aller dans la re-création d'une armée dans un pays qui n'en avait plus ?

Dans un conflit, les pays non participants peuvent il fournir des armes ? des pièces détachées ? Peut on favoriser un camp par rapport à l'autre ?

L'importance des règles d'engagement et d'ouverture du feu.

L'articulation entre ONG humanitaires et militaires

Hétérogénéité des coalitions ad hoc

Tendances

Utilisation de moyens militaires, humains ou matériels, pour des tâches non militaires : police, génie, détection, commandement, coordination, renseignement…. Raisons de cette utilisation : volume, disponibilité, technicité, fiabilité, coût, fidélité, honnêteté

Poids de plus en plus fort des politiques sur le militaire. Volonté de contrôle des MAE.

L'évolution du rôle de l'ONU. La perte de capacité du DOMP

Le rôle des grandes alliances, puis des organisations ad hoc. Les alliances avortées.

Mini nuke, gap technologique


[1] Numéro Zéro de la revue du Centre d'études doctrinales de l'Armée de Terre…